La dame du linge

La dame du linge

(sensuel)

 

 La lingère, une belle trentenaire

Par le rompe cul arriva plan plan

Belle bonne femme débonnaire

Tenant une grosse manne d’antan

 

Au fil à linge ses bras s’affermirent

Ses mollets blancs s’offrirent

Ses talons s’enforcirent

Et ses fesses durcirent

 

Sous l’impulsion sa robe trois quart

Trop étroite, remonta sous la poussée

Découvrant la blancheur immaculée

Jusqu’au début de ses fesses de carrare

 

Puis, sur la verdure du pré elle étendit

Du grand linge sur l’herbe du terrain

S’abaissant sa cotonnade se distendit

Remonta sur les plis de son arrière train

D’un fessier charnu si bien rebondi

 

Découvrant fort involontairement

Triangle blanc d’une intime cotonnade

Que les jolies lingères en escapade

Soustraient généralement aux œillades.

 

« Clic clac kodak »

 GRAMO

22 avril 2014

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Un grenier en sanctuaire

 

Un grenier en sanctuaire

 

 Les marches de l’escalier du grenier grincent

Treize marches de sapin noircis de poussière

Elles s’élèvent vers le ténébreux qui vous coince

Vers la mince porte d’un sanctuaire

 

Grenier obscur éclairé de rais lumineux

Faisceaux s’évanouissant sous les vieilles tuiles

Charpente squelettique, plancher anxieux

Gémissants de crissements, approche d’un péril

 

Araignées postées en sentinelle

Au centre de toiles que les rais irisent

Fils de poussières de noires dentelles

Pendouillant comme d’abstruses arborises

 

Miroir abandonné, vieille commode

Vieilles valises, vieilles potiches

Tous ustensiles passés de mode

Et tous les vieux jouets des mioches

 

Vieilleries à l’histoire oubliée

Vieux brol que la porte ouverte ressuscite

Vous vous rappelez à la mémoire anémiée

Mais non vieilleries on vous garde circonscrites

 

Dessus de nous, plus près du paradis

 

GRAMO

11 mars 2013

Publié dans Ma poésie | Marqué avec | 8 commentaires

Mon train

 

 

 

Mon train ralentissait, fatigué

Se trainant sur les rails d’acier

Et les claquements des boggies

Flagellaient mes algies

 

Je venais d’un long voyage

Où la difficulté avait fait rage

La locomotive peinait

Comme je l’avais toujours fait

 

Ma vie prévoyait son terminus

Fallait-il préparer un laïus ?

Ou quelqu’un y avait-il pensé

T’imagine qu’ils vont se défoncer !

 

Mon train décélérait en douceur

Des rapaces observaient le curseur

Vivre dans un temps chamboulé ?

Où filles sont tôt basculées !

 

Je ne voulais pas voir plus loin

Aller à fin de l’erre si besoin

Trop tôt, t’as pas atteint le but

Chanta l’Alcyon, t’es pas un rebut

 

Vois, t’es sur l’adret, vois le ciboire

Vois l’acmé de vie de ton savoir

Ton monde devenu décadent

Ne veut plus d’hommes ardents.

  

GRAMO

 

 

 

 

Publié dans Ma poésie | Un commentaire

 

 

 

A l’Est l’aube blêmit

 

   

 Ne laissez pas tomber l’Ukraine

Qu’à l’Est certains prennent en haine

La Liberté s’y conquiert de haute lutte

Jamais elle n’est donnée mais se dispute

 

Le sang des Martyrs macule les drapeaux

Rouge sang après le tir des corbeaux

Les barricades s’érigent fières

Crient halte aux armes meurtrières

 

De bric et de broc les barricades

Aux défenseurs venus de bourgades

De villes et de gris faubourgs

Sont nobles remparts d’un l’appel au secours

 

Ne laissez pas tomber l’Ukraine

Que certains voudraient en chaines

Ils ne veulent pas mourir soumis

Mais à l’Est déjà l’aube en blêmit

 

Car les chars rouges ne sont pas loin

Le crissement de leurs chenilles

Assourdit déjà les gens de bien

Le Ciel de l’Histoire parait de houille.

 

 GRAMO

6 mars 2014

Publié dans Non classé | Un commentaire

ASSAUT MORTEL

AssautMortel

 

Préparez-vous tonne l’officier

De sa forte voix d’acier

Cliquetis, cartouches emmagasinées

Claquement, culasses verrouillées

 

Balle dans le canon !

Baïonnette au canon !

Fusils ,lances de feu

De poilus, « chevaliers » fameux

Chasseurs de boches dragons

L’envahisseur aux cent mille canons

 

Aurore !première lumière du matin

Dernières lueurs du destin

Les godillots s’arrachent à la boue

Terre qui retient ses pioupious

Suppliques, soliloques, vers le Ciel

Aux lueurs vermeilles

Devant le glacis démentiel

Pronaos sacrificiel

 

Visages contractés

Yeux injectés

Cœur au tambour battant

Moments angoissants

Et claque la voix officière

L’homme dégaine le révolver

« Une minute, compte à rebours »

Un ange passe, vain secours

Coup de sifflet crève l’espace

C’est l’impasse

 

A l’assaut ! VIVE LA France

Les baïonnettes percent le ciel d’enfer

S’élancent vers les barbelés de fer

Coups de feu, rafales,

Jurons, cris, râles

Staccato  Mortel

Noms sur stèle

 

 

 

 

GRAMO

11 novembre 2008

Modifié le 11 novembre 2013

 

Publié dans Ma poésie | Marqué avec | 9 commentaires

L’Hermione reviens

 

D’abord un point à l’horizon

Tel l’albatros en évasion

 Toujours grandissant

Les vagues sur lui se jetant

 

Mais avec sa voilure pléthore

L’orgueilleuse proue bleue et or

 

Avance courageuse

Fendant l’onde capricieuse

 

Fier comme d’Artagnan

Frégate, monte, descend

Par vent claironnant

 

Américains !

« Voici La Fayette »

Vive la Liberté

Vive La France

 

Rédigé d’après

Une idée originale mon épouse

et avec son autorisation

 

GRAMO

28 avril 2013

 

Publié dans Ma poésie | 11 commentaires

 

Quand le vent

 

 

Quand le vent part en conquête

J’ai des voiles dans ma tête

Un grand foc bleu qui se gonfle

Dont les toiles se boursoufflent

 

J’ai dans ma tête des embruns

Tristes pluie de larmes d’emprunts

Qui parfois coulent sur mes joues

Puis tombent de mes bajoues

 

Voici que les drisses cliquettent

Effrayant les mouettes

Tandis que les aussières

Réclament déjà la bannière

 

Je perçois les clapotis

Qui caressent les pilotis

Mais tangue la coque

Qui regimbe le long du dock

 

Tout est si pressé au départ

Qu’il faudrait larguer les gaillards

J’ai les beauforts dans ma tête

Qui tournent autour de la planète.

 Buissonnets

30 juin 2013

Publié dans Ma poésie | Un commentaire

A chacun son chemin

A chacun son chemin

 

 

                       

 

 

Voyageurs, qui marchez derrière moi

Ne suivez pas mon chemin

Celui que je suis n’est que pour moi

 

Je suis isolé et sans apôtre

Ne prenez pas le même chemin

L’un ne compte pas pour l’autre

 

Ce cheminement, je l’ai pris loin

Ne pistez pas le même chemin

Celui du pèlerin et son chagrin

 

Je viens d’un temps qui n’existe plus

Que feriez vous donc sur mon chemin

Pour vous, mon passage est occlus

 

Voyageurs, suivez votre route

Et ne prenez pas mon chemin

Un chemin de croix qui en coûte

 

Le Destin m’a imposé sa voie

Un tracé unique, un seul chemin

Maintenant, tout comme autrefois.

 

 

 

GRAMO

17 juin 2013

Publié dans Non classé | 3 commentaires

Lettre P – Un mauvais tour

                                                               

                                                                  

 

Un mauvais tour

                                                                 

Chaudfontaine Belgique mai 1940 …

 

Les envahisseurs venus Par l’est avaient franchi nos frontières.

Sur la Place des forts de Liège, celui de Chaudfontaine en Première ligne les Perçus avec calme.

D’abord hautement Perché, il ne sera pas facile à Prendre.

Fort de leur Puissante armée, bien équipée, bien Préparée, ils se lancèrent à l’assaut sans coup férir.

Mais les formidables fantassins aux uniformes gris en revinrent tellement Peu nombreux.

Les autres assauts Payèrent aussi le même Prix.

Voici des jours et des jours que les défenseurs maintiennent les envahisseurs hors du Périmètre.

C’était hélas pour eux le Prix à Payer, un lourd tribut Pour Passer anéantir la France.

La Presse des envahisseurs s’inquiétait, ils Parlèrent traîtrise de la Part des défenseurs, d’une arme diabolique qui empêchait les Pionniers de Passer vers le fort.

Les vigoureux ennemis ne Parvenaient Pas à franchir les barbelés de Protection Parce que les défenseurs avaient entremêlé ceux-ci d’une quantité de vieux vélos… Et les vélos, cela ne se cisaille Pas facilement…

C’était cela le bon tour joué aux envahisseurs, c’était cela la traîtrise, l’arme secrète dénoncée par leur Presse.

Rigolo l’arme secrète.

 

Le fort de Chaudfontaine tint 8 jours encerclé et sans aucun appui extérieur.

Honneur aux défenseurs du fort de Chaudfontaine.

 

Achtung

 !

PS

Oui, cette fois elle n’est pas loufoque mon histoire, c’est que parfois il faut savoir se souvenir des hommes qui nous défendirent au prix de leur vie.

Le fort de Chaudfontaine est à quelques km de chez moi, il bloquait l’invasion ennemie par la vallée de la Vesdre.

Il y a effectivement une source d’eau chaude et une eau minérale qui en  porte le nom « Chaudfontaine ».

Gramo

10 juin 2013

 

       

Publié dans Non classé | 3 commentaires

Lettre P

 

 

                                                                   Un mauvais tour

Chaudfontaine Belgique mai 1940

Les envahisseurs venus Par l’est avaient franchi nos frontières.

Sur la Place des forts de Liège, celui de Chaudfontaine en Première ligne les Perçus avec calme.

D’abord hautement Perché, il ne sera pas facile à Prendre.

Fort de leur Puissante armée, bien équipée, bien Préparée, ils se lancèrent à l’assaut sans coup férir.

Mais les formidables fantassins aux uniformes gris en revinrent tellement Peu nombreux.

Les autres assauts Payèrent aussi le même Prix.

Voici des jours et des jours que les défenseurs maintiennent les envahisseurs hors du Périmètre.

C’était hélas pour eux le Prix à Payer, un lourd tribut Pour Passer anéantir la France.

La Presse des envahisseurs s’inquiétait, ils Parlèrent traîtrise de la Part des défenseurs, d’une arme diabolique qui empêchait les Pionniers de Passer vers le fort.

Les vigoureux ennemis ne Parvenaient Pas à franchir les barbelés de Protection Parce que les défenseurs avaient entremêlé ceux-ci d’une quantité de vieux vélos… Et les vélos, cela ne se cisaille Pas facilement…

                                                                                                                                     

 

C’était cela le bon tour joué aux envahisseurs, c’était cela la traîtrise, l’arme secrète dénoncée par leur Presse.

Rigolo l’arme secrète.     

 

Le fort de Chaudfontaine tint 8 jours encerclé et sans aucun appui extérieur.

Honneur aux défenseurs du fort de Chaudfontaine.

 

Achtung !

PS:

Oui, cette fois elle n’est pas loufoque mon histoire, c’est que parfois il faut savoir se souvenir des hommes qui nous défendirent au prix de leur vie.

Le fort de Chaudfontaine est à quelques km de chez moi, il bloquait l’invasion ennemie par la vallée de la Vesdre.

Il y a effectivement une source d’eau chaude et une eau minérale qui en  porte le nom « Chaudfontaine ».

Gramo

10 juin 2013

Publié dans Le jeu de l'Alphabet pour les Nuls | 9 commentaires